Les meilleures options pour placer 100 000 euros de manière rentable et durable

Vous avez réussi à économiser une somme importante et vous vous demandez quel placement ferait un investissement judicieux ? 

De votre tolérance au risque à votre horizon de placement, en passant par votre sensibilité aux enjeux environnementaux, plusieurs facteurs doivent être pris en compte avant de prendre une décision.

Dans cet article, nous allons explorer les différentes options qui s'offrent à vous pour placer 100 000 euros : des placements sans risques aux investissements plus audacieux dans le non coté et les actifs réels, en passant par les opportunités plus tradionnelles comme la bourse ou l'immobilier.

 

  1. Avant d'investir 100 000 euros : rapport au risque, horizon de placement, diversification et intérêt pour la durabilité
  2. Placer 100 000 euros sans risque : livrets bancaires, comptes à terme, fonds euros
  3. Les placements traditionnels pour investir 100 000 euros : immobilier physique ou papier, bourse, fonds d'investissement actifs ou passifs
  4. Investir 100 000 euros dans le non coté et les actifs réels : private equity, dette privée, placements alternatifs
  5. Placer 100 000 euros en tenant compte de l’impact environnemental de son épargne

Avant d'investir 100 000 euros : rapport au risque, horizon de placement, diversification et intérêt pour la durabilit

Votre rapport au risque

Investir un montant considérable comme 100 000 euros implique une réflexion approfondie sur votre tolérance au risque. En bourse, en immobilier, sur des titres non cotés... Il n'y a pas de secret, la recherche d'un rendement supérieur au taux d'intérêt des placements garantis s'accompagne toujours d'une prise de risque sur votre capital investi.

La règle d'or est simple : Plus vous cherchez une performance élevée, plus vous êtes prêt à prendre un risque élevé.

Pour simplifier l'approche et illustrer cela dans les grandes lignes, on peut considérer 3 grandes catégories de rapport au risque (il existe des nuances et des niveaux de risques au sein de chaque gamme de placement) :

  • Profil sécuritaire : Aversion au risque, préservation du capital avant tout et rémunération au taux des placements garantis

Livrets bancaires, Fonds euros, Comptes à termes, Obligations d'Etat... : rendement espéré 1-3% / an

  • Profil de risque modéré : Accepte de prendre un risque de perte modéré sur son capital pour un rendement modéré

Fonds de placements diversifiés à risque moyen, Immobilier résidentiel, Obligations d'Entreprises... : rendement espéré 4-8% / an

  • Profil de risque élevé : Accepte de prendre un risque élévé de perte de son capital pour une performance élévée

Private equity, Fond de placements à haut risque, Immobilier commercial... : rendement espéré 9% / an

 

Si on vous propose un placement sans risque, liquide et très bien rémunéré, c'est une pépite ? Non, c'est une arnaque.

 

Selon une étude de l'Autorité des Marchés Financiers de 2022 la part de « réfractaires » au risque est de 4 Français sur 10. Elle est d’un poids comparable à celle des personnes acceptant un risque de perte en capital (majoritairement un risque modéré).

La part des personnes se déclarant comme réfractaire au risque est en baisse continue depuis 2017 (ils étaient 5 Français sur 10 à cette date). Qui sont-ils ?

  • Femmes à 59%
  • 48% retraité ou inactif
  • 25% ont un patrimoine financier de moins de 10 000 €
  • Ne recherchent jamais d’informations sur les produits d’épargne à 65% et ont le sentiment de mal s’y connaitre à 71%
  • Ne s’informent jamais sur la Bourse (57%) et estiment difficiles les placements en actions et n’y font pas confiance (81%)

Source Barometre 2022 de l'épargne et de l'investissement commandé par l'AMF

 

Votre horizon de placement

Votre horizon de placement, ou la durée pendant laquelle vous pouvez investir votre argent sans en avoir besoin, est également crucial.

Si vous cherchez des rendements élevés, vous devez souvent envisager des investissements à moyen ou long terme et renoncer à tout ou partie de la liquidité de vos placements. Si au contraire votre priorité est la disponibilité de votre placement, il faudra s'orientier vers des placements sans risque et à faible rémunération.

On parle de liquidité - ou d'illiquidité - d'un placement pour caractériser la possibilité ou non de le vendre à tout moment pour récupérer les sommes investies.

L’investissement sur les marchés boursiers offrent un potentiel de rendement intéressant sur des horizons moyen ou long terme (5 ans et +) qui permettent de lisser les effets de la volatilité du marché et de tirer bénéfice des tendances de fonds.

Certes, il est possible de faire des plus-values à court terme en misant sur les fluctuations hasardeuses des marchés financiers, mais on ne saurait que vous déconseiller l'approche consistant à voir la bourse comme un casino géant.

L'investissement dans des actifs peu ou pas liquides, comme l'immobilier ou les titres financiers non cotés, peut offrir des rendements intéressants avec moins de volatilité. La contrepartie est la nécessité de bloquer son épargne pendant plusieurs années.

 

Pour en savoir plus sur l'horizon de placement : Les avantages et inconvénients des placements à court terme versus à long terme

 

Votre intérêt pour la durabilité

L'impact environnemental de vos investissements est une autre considération majeure, surtout si vous êtes sensibles aux enjeux sans précédents de la transition écologique que nous devons collectivement opérer et pour laquelle nos entreprises sont au coeur du sujet.

En choisissant de financer des sociétés centrées sur le développement durable, il est possible d'accéder à un rendement potentiellement élevé tout en s'assurant que vos fonds servent au développement d'activités économiques qui ont un impact positif sur l'environnement.

Deux tiers des Français accordent de l’importance aux enjeux de développement durable, y compris dans leurs choix d’épargne : 54 % disent les prendre en compte dans ce contexte et 75 % considèrent l’impact des placements sur l’environnement comme un sujet important.

La finance traditionnelle et les offres des banques progressent pour répondre aux attentes d'épargnants de plus en plus exigeants sur les critères d'épargne responsable, mais entre système de labellisation complexe  (ISR, Taxonomie, SFDR) et manque de transparence (qui tend parfois au greenwashing), les défis demeurent de taille.

 

La finance évolue et de nouvelles méthodes d'investissement comme le crowdfunding ne cessent de prendre de l'ampleur. Elles peuvent permettre aux épargnants de choisir eux-mêmes les activités économiques financées par leur épargne, tout en leur donnant accès à des investissements de qualité.

Epargne de précaution et diversification des placements

Avant de vous lancer dans des investissements risqués, il est essentiel de constituer une épargne de précaution. Idéalement, cela devrait être suffisant pour couvrir vos dépenses de subsistance pendant 3 à 6 mois.

Par ailleurs, la diversification de vos placements est essentielle pour réduire le risque global de votre portefeuille (on ne met pas tous ses oeufs dans le même panier).

 

Investir dans une combinaison d'actifs comme les produits bancaires liquides et à faible risque, des actions à rendement élevé, et des projets écologiques peut créer un équilibre robuste entre risque et rendement. On vous explique le principe de la diversification plus en détail dans notre article dédié.

 

Pourquoi c’est important ?

Répondre à ces questions vous permettra de mieux comprendre vos propres besoins et préférences en matière d'investissement.

Cela réduira également le champ des options disponibles, vous permettant de faire un choix plus éclairé en fonction de vos objectifs. C'est ce que nous allons explorer dans la suite de cet article.

Placer 100 000 euros sans risque : livrets bancaires, comptes à terme, fonds euros.

Si vous cherchez à placer 100 000 euros sans risquer une perte en capital et si vous avez besoin de pouvoir disposer de cet argent à tout moment, il existe des options financières comme les livrets bancaires, comptes à terme et les fonds en euros qui peuvent répondre à vos attentes.

Livrets bancaires plafonnés

Les livrets proposés par les banques sont des produits financiers essentiels pour se constituer une épargne de précaution.

En France, le Livret A, avec un taux d'intérêt de 3% (au moment de la rédaction), est l'un des livrets les plus populaires.

Toutefois, les plafonds et limites d'accès des livrets proposés par les banques (22 950 euros maximum pour le livret A par exemple) ne permettent pas d'y placer une somme conséquente.

De plus, la rémunération offerte est en dessous de l'inflation (taux de l'augmentation générale des prix), ce qui entraîne l’érosion de la valeur réelle de votre épargne au fil du temps.

 

Vous avez hésité, mais vous avez préféré mettre de côté au lieu d'acheter cette montre à 100 euros qui vous faisait envie. Vous avez placé ces 100 euros sur un livret à 3% et vous avez 103 euros en poche l'année suivante. L'inflation a été de 6% la même année. La montre vaut désormais 106 euros. Pas de perte sur votre capital initial, mais vous ne pouvez plus acheter la montre.

 

Compte à termes proposés par les banques

Le compte à termes est une option qui vous permet de placer une somme d'argent importante à court terme.

Ces comptes nécessitent de s'engager sur le blocage de son argent pour une durée déterminée afin de bénéficier d'un rendement fixé à l'avance. Le rendement proposé sera plus élevé si vous acceptez une durée de blocage plus longue.

Le placement ne bénéficie pas d'avantages fiscaux, vous aurez donc un prélèvement de 30% de PFU sur les intérêts générés. Ceci implique que les comptes à termes offrent généralement une rémunération réelle inférieure aux livrets bancaires, mais ils n'ont pas la contrainte de plafond et peuvent donc être une option pour placer des sommes importantes de manière sécurisée.

La liquidité est possible mais avec des contraintes assez fortes : sortir avant l'échéance se fait généralement sous un délai de 30 jours et entraîne des pénalités qui viennent réduire la rémunération initialement prévue.

Prenons l’exemple des comptes à terme proposés par Boursorama :

  • Taux d'intérêt proposé sur un engagement de blocage de 12 mois : 3% brut, soit 2,1% net (après prélèvement de 30% d’impôts au titre de la flat tax)
  • Taux d'intérêt proposé sur un engagement de blocage de 18 mois : 3,5% brut, soit 2,45% net

Et en cas de retrait anticipé ? Le capital est remboursé mais aucune rémunération n’est versée.

Découvrez comment épargner durablement pour votre retraite


Fonds monétaires et fonds euros garantis

Pour ceux qui recherchent un horizon de placement un peu plus long, les fonds monétaires et les fonds euros garantis peuvent être une option viable.

Toutefois, il est crucial de prendre en compte les différents frais (frais de souscription, de versements, de gestion, d'arbitrage ect...) qui peuvent être potentiellement élevés en fonction de votre enveloppe d'investissement (assurance vie en tête) et affecter le rendement global de manière significative.

Bien que ces produits soient liquides, si vous ne les utilisez que pour du placement sans risque, il peut parfois être nécessaire de les détenir pendant plusieurs années ne serait-ce que pour amortir les frais de versements !

Par exemple, si vous payez 3% de frais de versement pour placer 100 000 euros sur une assurance vie en fonds euros qui vous rémunère (après frais de gestion) à un taux d’intérêt de 2% par an :

Année 1 : 97 000 *1,02 = 98 940 €

Vous avez payé 3 000 euros de frais de versement, votre épargne rémunérée n'est plus "que" de 97 000 euros.

Année 2 : 98 940 € * 1,02 = 100 919 €

La mécanique des taux d'intérêts composés se met en place (les intérêts générés la première année génèrent eux même de nouveaux intérêts les années suivantes), mais peu d'impact à ce stade avec ce niveau de rendement.

Vos 100 000 euros vous ont rapporté 919 euros en 2 ans… soit une performance annuelle de 0,45%. Pas très enthousiasmant.

 

Investir 100 000 euros sur des placements financiers sans risque, une bonne idée ?

Oui, si l'on souhaite privilégier la sécurité et la liquidité au détriment de la performance. En contrepartie d’une faible rémunération et d’un taux d’intérêt inférieur à l’inflation, il est possible de converser la liquidité de son épargne pour pouvoir faire face à l’imprévu ou préparer un projet à court terme.

Les +

  • Vos 100 000 euros restent 100 000 euros et vous ne risquez pas une perte de votre capital initial
  • Vous pouvez récupérer vos fonds à tout moment, ou avec des contraintes limitées
  • La rémunération proposée et les avantages fiscaux de certains produits permettent de réduire un peu la perte de valeur de votre épargne face à l'inflation

Les -

  • L'inflation vient réduire la valeur de votre épargne dans le temps et vous avez perdu en pouvoir d'achat
  • Un placement liquide mais la liquidité peut coûter cher (pénalité de sortie anticipée sur un compte à terme, impact des frais sur un placement court en assurance vie)
  • Attention aux frais ! Ces derniers peuvent réduire considérablement le rendement réel de votre épargne et absorber le gain des avantages fiscaux proposés par certaines enveloppes (Assurance vie après 8 ans de détention, PEA après 5 ans de détention) 

 

Les placements traditionnels pour investir 100 000 euros : immobilier physique ou papier, bourse, fonds d'investissement actifs ou passifs

Après avoir exploré les fondamentaux de l'investissement, vous êtes peut-être prêt à prendre des risques pour obtenir un rendement supérieur.

Dans cette section, nous allons examiner les options qui s'offrent à vous si vous souhaitez investir 100 000 euros dans des placements plus traditionnels, avec un focus particulier sur l'immobilier, les actions et les fonds d’investissement.

Investir dans l'Immobilier

Bien que l'immobilier soit souvent considéré comme sûr, il n'est pas exempt de risques. Le marché peut être sujet à des fluctuations, et la gestion d'un bien immobilier peut s'avérer plus complexe qu'il n'y paraît.

 

  1. Achat d'un bien en direct

Avec 100 000 euros, vous pouvez envisager d'acheter un petit appartement ou un studio dans certaines régions. Vous pouvez également utiliser cette somme comme apport pour un bien plus cher et financer le reste par un emprunt.

Intéressant ?

Oui, pour ceux qui cherchent un investissement tangible et sont prêts à gérer un bien immobilier.

Non, pour ceux qui ne veulent pas gérer les aspects pratiques et parfois chronophages de la propriété immobilière et de la gestion locative.

Les +

  • Possibilité de générer un revenu locatif
  • Potentiel d'appréciation du capital
  • Avantages fiscaux possibles sur des programmes neufs

Les -

  • Frais de notaire, d'agence et d'entretien
  • Risque de vacance locative
  • Gestion active nécessaire

 

  1. Acheter des parts de SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier)

Les SCPI permettent d'investir dans l'immobilier sans avoir à gérer un bien en direct. Vous achetez des parts d'une société qui elle-même investit dans un portefeuille de biens : c'est ce qu'on appelle la pierre-papier.

Intéressant ?

Oui, si vous souhaitez investir dans l'immobilier sans les tracas de la gestion directe.

Non, si vous souhaitez garder le contrôle sur votre investissement immobilier et réduire les frais d'intermédiaire.

Les +

  • Diversification sur un ensemble de bien immobilier
  • Gestion professionnelle
  • Ticket d'entrée beaucoup plus faible qu'un achat en direct

Les -

  • Frais de gestion et liquidité potentiellement limitée
  • Rendement potentiellement plus faible
  • Pas de contrôle sur les biens ciblés

 

  1. Faire du crowdfunding Immobilier

Le crowdfunding immobilier permet d'investir en direct dans des projets immobiliers en échange d'un rendement fixé à l'avance. Le ticket d'entrée est souvent plus bas, ce qui permet de diversifier en investissant sur plusieurs projets.

Intéressant ?

Oui, si vous souhaitez diversifier votre portefeuille immobilier et êtes intéressé par le financement de projets.

Non, si vous n'êtes pas à l'aise avec le risque associé à des projets spécifiques et au risque de promotion immobilière (risque administratif lié à l'obtention des autorisations du projet, risque de commercialisation, risque d'exécution etc.)

Les +

  • Ticket d'entrée bas (1 000 euros voir moins pour certaines plateformes)
  • Potentiel de rendement élevé (8-14%)
  • Vous faites votre propre diversification 

Les -

  • Risque de défaut du promoteur
  • Risques spécifiques des projets financés
  • Illiquidité (mais horizon de placement généralement court)

 

Investir 100 000 euros dans l'immobilier, une bonne idée ?

Investir dans l'immobilier offre un éventail d'options, chacune avec ses propres avantages et inconvénients.

L'achat direct d'un petit bien immobilier offre un contrôle total et un potentiel de revenus locatifs, mais il nécessite une gestion active et comporte des coûts initiaux élevés.

Les SCPI offrent une diversification et une gestion professionnelle, mais à un coût qui peut réduire les rendements nets et la liquidité.

Le crowdfunding immobilier peut offrir une faible barrière à l'entrée et un horizon de placement assez court, mais il comporte des risques liés à la solvabilité du promoteur et des risques spécifiques aux projets financés.

Il est souvent intéressant d'avoir une part d'immobilier dans le cadre de la diversification de son patrimoine, mais attention à ne pas sous-estimer les risques liés aux cycles économiques.

 

Nous sommes actuellement dans une phase de turbulence pour le secteur immobilier. Inflation => hausse des taux d'intérêt => baisse de la capacité des ménages à s'endetter => baisse de la demande immobilière => baisse des prix de l'immobilier => difficultés financières pour certains promoteurs et baisse de valorisation des portefeuilles immobiliers.

 

Investir 100 000 euros en Bourse : actions ou fonds d’investissement ?

Lorsqu'il s'agit d'investir en Bourse, deux approches principales se distinguent : choisir soi-même ses titres ou investir via des fonds d'investissement.

Chacune a ses avantages et ses inconvénients, et le choix dépendra de plusieurs facteurs, notamment votre niveau de connaissance des marchés, votre tolérance au risque et le temps que vous pouvez consacrer à la gestion de votre portefeuille.

 

  1. Investir en choisissant soi-même des actions

Si vous avez une bonne connaissance des marchés financiers et que vous êtes prêt à consacrer du temps à la recherche et à l'analyse des sociétés et des tendances, choisir vos propres actions peut être une option viable.

Intéressant ?

Oui, si vous souhaitez avoir un contrôle total sur votre portefeuille et que vous avez une bonne connaissance/compréhension des marchés.

Non, si vous n'avez ni le temps ni l'expertise.

Les +

  • Contrôle total sur les investissements
  • Pas de frais de gestion (hors frais de courtage)
  • Potentiel de rendement élevé si les choix sont judicieux

Les -

  • Nécessite une analyse et un suivi régulier
  • Risque de perte en capital
  • Peut être stressant et chronophage

 

  1. Investir dans des Fonds d’investissement

Si vous préférez une approche plus passive ou si vous n'avez pas l'expertise pour choisir vos propres titres financiers, les fonds d’investissement peuvent être une bonne alternative.

Ces fonds sont gérés par des professionnels qui font les choix d'investissement pour vous et vous permettent d'accéder à un éventail diversifié de titres et de placements financiers (actions, obligations, part d'autres fonds, etc.)

Les Fonds d’investissement Actifs

À privilégier si vous cherchez à déléguer la gestion de votre portefeuille de placements financiers à des experts.

Mais cette expertise vous coûtera des frais de gestion, une perte de contrôle des activités que vous financez, et les experts qui développent une gestion active capable de battre le marché ne sont pas si fréquent.

Les +

  • Gestion professionnelle
  • Diversification
  • Potentiel de surperformance

Les -

  • Frais de gestion
  • Pas de contrôle sur les choix d'investissement
  • Risque de sous-performance par rapport à l'indice (et vous payez le gestionnaire d'actif, même s'il a fait moins bien que l'indice qu'il est censé surperformer)

 

Les Fonds d’investissement Passifs (ETFs)

A privilégier pour ceux qui cherchent une exposition diversifiée à un indice ou un secteur sans les frais élevés des fonds actifs.

Les +

  • Frais de gestion plus bas
  • Diversification importante
  • Suivi d'un indice sectoriel ou très large

Les -

  • Pas de potentiel de surperformance
  • Pas de contrôle sur les choix d'investissement
  • Dépendance à la performance de l'indice suivi 

 

 

Investir 100 000 euros en bourse, une bonne idée ?

Si vous êtes un investisseur actif qui aime analyser les marchés et les entreprises, choisir vos propres actions peut être gratifiant et potentiellement lucratif.

Cependant, cette approche nécessite un investissement en temps et en énergie, et de prendre le risque de commettre des erreurs ou d'être surpris par des réactions (voir des paniques) de marchés qui s'éloignent des fondamentaux économiques.

D'un autre côté, les fonds d’investissement offrent une manière plus passive d'investir en Bourse. Les fonds actifs peuvent offrir une surperformance potentielle, mais ils viennent avec des frais de gestion élevés qui vont réduire fortement des niveaux de performance moyens.

Les fonds passifs, ou ETFs, offrent une diversification instantanée à des coûts plus bas, mais ils ne font que suivre le marché, à la hausse comme à la baisse.

Des options plus complexes comme les produits structurés sont également accessibles aux investisseurs expérimentés.

Les produits structurés offrent une alternative plus complexe et personnalisable en combinant souvent des actifs sous-jacents comme des actions, des indices ou des matières premières avec des dérivés financiers tels que des options ou des swaps. Le but est de créer un produit financier qui offre un profil de rendement spécifique, adapté aux besoins et aux objectifs de l'investisseur.

En fin de compte, le choix entre ces options dépendra de votre propre situation, de vos objectifs et de votre tolérance au risque. Il peut également être judicieux de combiner ces approches pour un portefeuille équilibré.

 

Investir 100 000 euros dans le non coté et les actifs réels : private equity, dette privée, placements alternatifs

Que ce soit pour éviter la volatilité des marchés financiers, pour accompagner des entreprises innovantes et ancrées dans l'économie réelle, pour réduire le nombre d'intermédiaires financiers ou simplement pour élargir la diversification d'un portefeuille déjà exposé aux secteurs plus traditionnels : l'investissement non coté connait un essor considérable depuis plusieurs années.

Investir en dette privée

La dette privée consiste à prêter de l'argent à des entreprises ou à des projets qui ne sont pas cotés en bourse. Cela prend généralement la forme d'Obligations ou d'Obligations convertibles qui proposent un taux d'intérêt et des modalités de remboursement connus à l'avance.

L'investissement direct en dette privée était historiquement plutôt réservé à des investisseurs institutionnels ou professionnels. Cette classe d'actif est désormais rendue facilement accessible par l'essor du crowdfunding et des plateformes d'investissement comme Lumo.

Intéressant ?

Oui, pour les investisseurs à la recherche d'un rendement stable et prévisible, et qui souhaitent accompagner le développement d'entreprises innovantes.

Non, pour ceux qui cherchent une liquidité immédiate ou un potentiel de rendement sans plafond.

Les +

  • Taux d’intérêt potentiellement plus élevé que les obligations traditionnelles
  • Risque de défaut généralement plus faible que les actions
  • Peu ou pas de frais en fonction des plateformes (Sur Lumo il n’y a aucun frais pour les investisseurs)

Les -

  • Illiquidité (mais la date de remboursement est connue à l'avance. Sur Lumo, par exemple, les obligations ont des maturités pouvant aller de 3 à 5 ans)
  • Risque de défaut de l'émetteur 
  • Diversification manuelle et non automatique

 

Le Private equity

Le Private equity implique d'investir dans des actions ou des parts d'entreprises non cotées en bourse. Cela peut être fait soit directement (là aussi le crowdfunding a aidé à la démocratisation de l'accès à ce type d'investissement), soit via des fonds de Private equity (FCPR).

Intéressant ?

Oui, pour les investisseurs qui cherchent un potentiel de rendement très élevé en contrepartie d'un risque très élevé et d'un blocage du capital sur un horizon de long terme.

Non, pour les autres.

Les +

  • Potentiel de rendement élevé
  • Diversification
  • Faible corrélation avec les marchés financiers classiques

Les -

  • Illiquidité
  • Risque de perte en capital
  • Frais de gestion élevés dans le cadre d'un investissement via un fond dédié

 

Actifs Réels et Placements Atypiques

Investir dans des actifs réels comme le vin, l'art ou la forêt offre une manière unique de diversifier votre portefeuille.

Intéressant ?

Oui, dans le cadre spécifique d'un complément de diversification pour un patrimoine important et déjà exposé aux gammes d'actifs traditionnels.

Peu pertinent sinon.

Les +

  • Diversification supplémentaire
  • Potentiel de rendement unique
  • Protection contre l'inflation

Les -

  • Illiquidité
  • Expertise nécessaire pour évaluer la valeur
  • Coûts de stockage et d'entretien pour certains actifs

 

 

Investir 100 000 euros dans le non coté et les actifs réels, une bonne idée ?

Investir dans le non coté et les actifs réels peut offrir des opportunités de diversification et de rendement intéressantes, mais ces options viennent avec leur propre ensemble de risques et de défis.

L'illiquidité est un facteur commun à tous ces investissements, ce qui signifie qu'ils sont mieux adaptés à ceux qui ont un horizon de placement à moyen ou long terme.

La dette privée et le Private equity offrent des opportunités de rendement potentiellement élevées, mais ils nécessitent une diligence raisonnable et, dans le cas du Private equity, une tolérance au risque plus élevée.

Les actifs réels comme le vin, l'art et la forêt offrent une diversification unique, mais ils nécessitent une expertise spécifique pour évaluer correctement leur valeur.

 

Placer 100 000 euros en tenant compte de l’impact environnemental de son épargne

Jusqu'ici nous avons vu un éventail assez large de produits d'investissements qui permettent de diversifier son patrimoine et de se positionner sur différents marchés ou secteurs.

Nous avons comparé ces produits, leurs avantages et leurs inconvénients, sur la base du prisme classique en finance : le rapport risque / rendement. 

Pourtant, il apparait de plus en plus évident que face aux urgences climatiques et environnementales, la finance a un rôle central et moteur à jouer, et doit aller plus loin.

Orienter les flux financiers avec son épargne

En choisissant de diriger les flux financiers vers des activités respectueuses de l'environnement (plutôt que vers des activités qui augmentent encore et toujours notre consommation d'énergies fossiles), les États, les banques, les gestionnaires de fonds, mais aussi et surtout les investisseurs particuliers, accélèrent la transformation de notre société vers un modèle plus soutenable.

Il pourrait alors être judicieux de réfléchir à comment placer 100 000 euros intelligemment, non pas seulement en termes de couple risque rendement, mais plutôt en termes de risque, de rendement, et d'impact.

Quand on parle d'intégrer l'impact dans l'analyse, une question légitime se pose alors : est-ce que la recherche d'un impact positif doit s'accompagner d'une baisse d'exigence sur le rendement ? Ou d'une prise de risque supplémentaire ? On vous répond dans cet article (un indice quand même : la réponse est non).

Avoir un impact positif avec son placement financier

Dans l'éventail des opportunités de placement financier que nous avons cité, les placements sans risque sont encore assez orientés sur le statu quo et ne soutiennent que partiellement la transition. 

Il est aujourd'hui toujours moins risqué (dans notre système financier) d'injecter de l'argent dans un existant assez mal orienté d'un point de vue durabilité. On vous en dit plus dans notre article dédié

Dans les placements immobiliers, de plus en plus de produits - notamment le crowdfunding immobilier - permettent de financer de l'immobilier durable (rénovation, construction éco-responsable, rénovation thermique) même si cela représente encore une faible part du marché.

Sur les marchés financiers, comme nous l'avons déjà évoqué plus haut dans cet article, les labels ESG évoluent et doivent continuer à se renforcer pour gagner en transparence et se montrer à la hauteur des attentes grandissantes d'investisseurs en quête d'épargne responsable.

L'investissement non coté, même s'il a également ses propres défis, représente une réelle opportunité pour les investisseurs d'assurer l'alignement de leurs investissements avec leurs valeurs. Comment ? En proposant des solutions de diversification sur-mesure et en étant orienté sur le financement des jeunes Entreprises, celles qui inventent et construisent les modèles de demain.

 

Chez Lumo on y croit, et c'est d'ailleurs pour cela qu'on le fait.

Via notre plateforme d'investissement participatif et depuis plus de 10 ans déjà, nous accompagnons des milliers d'investisseurs dans la réalisation de leurs objectifs d'épargne responsable, en leur permettant d'investir dans la dette privée d'Entreprises qui façonnent la transformation positive des territoires et qui développent des projets d’ampleur en France comme à l'international.

 

Découvrir

 

Diversifiez votre patrimoine et devenez acteur de la transition énergétique

  • Des offres exclusives
  • Sans frais pour les investisseurs
  • Accessible à partir de 50 €