Chronique des énergies du Vent#1 : bientôt 5 machines Enercon à Saint-Secondin (86)

  • Chronique des énergies du Vent#1 : bientôt 5 machines Enercon à Saint-Secondin (86)

Les travaux du parc éolien des Brandes sur les communes de Saint-Secondin et la Ferrière-Airoux dans la Vienne viennent de commencer. Ce projet a été développé par Altech, filiale du groupe UNITe.
Les 5 éoliennes du parc des Brandes fonctionneront pendant au moins 25 ans. Elles produiront 35 000 000 KWh d’énergie verte par an, soit la consommation énergétique annuelle de 13 000 foyers. L’électricité produite par les éoliennes sera distribuée d’abord aux villages les plus proches du parc.
Altech a retenu des machines Enercon pour ce projet. Pour en savoir plus, Emilie Papillon-Lamy, étudiante à Sup de Co La Rochelle, a interviewé pour Lumo, Simon Girard, ingénieur chez Enercon.

L'installation d'un parc éolien

Pour pouvoir construire un parc éolien sur le territoire d’une commune, il faut que le développeur demande une autorisation d’exploitation et un permis de construire. Ces deux autorisations, délivrées par la préfecture, ne peuvent être obtenues sans mener d’importantes études préalables sur l’impact écologique, sonore et visuel de l’installation du parc éolien. Cette procédure rigoureuse est menée pour que les éoliennes s’insèrent dans leur nouvel environnement sans perturber les habitants et les activités présents sur le territoire. (Pour en savoir plus, voir le Guide Amorce « L’élu et l’éolien » à télécharger ici.
Des tests sont réalisés à la fin de chaque chantier d’installation pour vérifier le bon fonctionnement de chaque machine du parc. Les travaux du parc des Brandes ayant déjà commencé, il devrait être mis en service au cours du premier semestre 2017.
Les éoliennes seront de type E-115 et auront une taille de rotor de 115 mètres. Une fois installées, les éoliennes sont connectées à un logiciel géré par l’entreprise, l’équipe de maintenance est avertie en temps réel de toute anomalie de fonctionnement et peut régler le problème en se déplaçant ou en relançant l'éolienne à distance. Dans le cas du parc des Brandes, les équipes de maintenance seront situées à Celle-sur-belle dans les Deux-Sèvres.

Les éoliennes Enercon

L’entreprise Enercon est le second constructeur présent sur le marché français, représentant environ 600 emplois en France dans les domaines de la fabrication, de l’installation, de la planification, de la maintenance, du commercial ou de l’administratif. Elle gère 1200 éoliennes en France.

Des éoliennes plus silencieuses

Afin de réduire le bruit produit par le mouvement des pales lorsqu’elles tournent, ainsi que par la machinerie contenue dans la nacelle (là où la rotation des pales est transformée en électricité), Enercon a conçu une éolienne sans boite de vitesse, aux pales plus silencieuses.
En effet, Enercon a appliqué les principes du bio-mimétisme. S’inspirant de la disposition des plumes sur les bords de fuite (la partie arrière) des ailes des rapaces nocturnes leur permettant de fendre l'air en silence pour chasser sans bruit, Enercon a ainsi amélioré l’aérodynamisme de ses pales et par conséquent réduit de façon significative les nuisances sonores qu’elles font en fendant l’air.
De plus, sur des éoliennes traditionnelles, le bruit vient de plusieurs engrenages reliés les uns aux autres dans la nacelle qui tournent grâce à la force du vent pour actionner le générateur électrique. En reliant directement les pales à la génératrice, Enercon produit une éolienne sans boite de vitesse, sans engrenages, réduisant ainsi les émissions sonores.
Si malgré ces innovations et après mesures, l’éolienne reste trop bruyante pour le voisinage, elle peut être « bridée », la vitesse de rotation des pales sera alors réduite afin de diminuer les nuisances sonores.

Une solution innovante pour utiliser des matériaux simples et recyclables

La génératrice électrique installée dans la nacelle d’une éolienne est composée de deux aimants qui se repoussent pour créer un champ magnétique et produire de l’électricité. Il existe deux types de génératrices.
Les génératrices à aimants permanents, composées de terres rares comme la néodyme (une terre rare à l’extraction polluante), et les génératrices à électro-aimants composées de bobines de cuivre, comme chez Enercon, un matériau plus abondant, plus facile et moins polluant à extraire.
Toutes les parties d’une éolienne peuvent être recyclée, à l’exception des pales. De plus après chaque démantèlement, les sites sont remis en état et les fondations des éoliennes sont retirées.

Des éoliennes qui se fondent plus dans le paysage

Les futurs voisins des parcs éoliens craignent parfois l’impact visuel des éoliennes qui atteignent aujourd’hui 120 m en haut du mât.
En travaillant en collaboration avec l’architecte britannique renommé Norman Foster, Enercon a mis au point un nouveau design pour ses éoliennes. La nacelle a désormais une forme ovale plus esthétique, plus aérodynamique (l’air s’écoule mieux autour de la nacelle) et qui lui permet aussi de contenir une génératrice plus grande. L’intégralité du design de ces machines a été travaillée par Norman Foster dans un souci d’apparence et d’esthétisme afin que l’éolienne s’intègre mieux dans son environnement.
Si les éoliennes sont généralement blanches, c’est pour qu’elles puissent être plus facilement repérées par tous les aéronefs qui pourraient entrer en collision avec elles, c’est une mesure de sécurité. Pour que les éoliennes se fondent mieux dans le paysage, l’entreprise Enercon choisit de produire des machines à la couleur grisée agate qui respecte également les normes en vigueur sur le balisage aérien..

Produire plus d’électricité grâce au vent

Cette solution part d’un principe simple : plus les éoliennes sont hautes, plus elles produiront d’électricité car le vent est plus abondant et constant en altitude. Seulement, plus l’éolienne est grande, plus elle doit être solide et stable. Enercon a développé des mâts en béton pour accroitre la rigidité du mât et ainsi aller chercher des gisements de vent plus constants et importants en hauteur. Les mâts en bétons sont divisés en plusieurs segments, ce qui facilite le transport, qui sont assemblés comme des « Legos » une fois sur site. Le bilan écologique d’un mât en béton est meilleur que celui d’un mât en acier. Les mâts en béton sont également plus résistants aux intempéries.
Ces éléments sont fabriqués dans une usine en Picardie qui emploie une centaine de personnes. 
Les pales des éoliennes du parc des Brandes seront également conçues en deux parties afin que leur transport soit plus aisé : des convois exceptionnels moins imposants seront affectés à cette tâche.


Ecrit par Emilie PAPILLON-LAMY, Etudiante en 2ème année de commerce international (BBA international), en collaboration avec Lumo

Il n'y a aucun commentaire sur cet article.
Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires