10 idées reçues sur les éoliennes

L'énergie éolienne, dont la popularité ne cesse de croître, occupe une place prépondérante dans le paysage énergétique mondial. Saluées pour leur contribution essentielle à la transition vers des sources d'énergie plus propres et renouvelables, les éoliennes suscitent néanmoins un certain nombre d'idées reçues.

Souvent perçues à travers un prisme de désinformation et de préjugés, elles font l'objet de débats animés et de controverses.

En se basant sur des faits scientifiques avérés et des données vérifiables, cet article se propose de dissiper les malentendus fréquents qui entravent la compréhension de ce mode de production d'énergie. 

  1. Les éoliennes sont bruyantes et perturbent les habitants à proximité
  2. Les éoliennes tuent un grand nombre d'oiseaux
  3. Les éoliennes détruisent les habitats naturels
  4. Les éoliennes ont un impact négatif sur le paysage
  5. L'énergie éolienne est intermittente et peu fiable
  6. Les éoliennes sont très coûteuses
  7. Les éoliennes ont un impact négatif sur la santé humaine en raison des infrasons
  8. L'énergie éolienne ne peut pas répondre à la demande énergétique mondiale
  9. Les éoliennes ne se recyclent pas et le béton des fondations restent dans nos sols
  10. Je ne peux pas aider à développer la filière des éoliennes grâce à mon épargne

 

Idée reçue 1 : Les éoliennes sont bruyantes et perturbent les habitants à proximité

Faux

Selon l’ADEME, les éoliennes émettent un bruit de fond, principalement des basses fréquences entre 20 Hz et 100 Hz. À 500 mètres de distance, le minimum légal entre une éolienne et habitation en France, le bruit est généralement inférieur à 35 décibels : c’est moins qu’une conversation à voix basse 1.




Source : Infographie - à partir de quel niveau sonore met-on en danger son audition ?

 

Idée reçue 2 : Les éoliennes tuent un grand nombre d'oiseaux et de chauves-souris.

Plutôt faux

Une étude menée par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) a examiné les données relatives à 1 065 éoliennes, révélant une moyenne de mortalité de six à sept cas par an par éolienne 2

En comparaison, une étude menée en 2009 sur 75 sites de Manhattan à New-York, constate qu'environ 1 milliard d’oiseaux meurent à cause d'une collision avec une surface vitrée. Chaque seconde, 32 oiseaux meurent, victimes d’une collision avec un gratte-ciel ou un immeuble rien qu’aux Etats-Unis. Les surfaces vitrées d’immeuble sont la seconde cause de mortalité des oiseaux après la destruction de leurs habitats 3.

Les parcs éoliens sont responsables de 0,3 décès par GWh d'électricité produite, tandis que les centrales électriques alimentées par des combustibles fossiles sont responsbles d'environ 5,2 décès par GWh 4.

En vue d'améliorer leur impact, les fabricants d'éoliennes ont récemment introduit des petits modules de détection tels que Chirotech, pour les chauves-souris, et DT Bird, pour les oiseaux. Il s'agit d'un système automatisé de suivi de la faune aviaire et de réduction du risque de collision avec les éoliennes terrestres ou marines. Ce système détecte automatiquement les oiseaux et peut, en option, émettre un avertissement sonore et/ou arrêter l'éolienne pour réduire le risque de collision.



Idée reçue 3 : Les éoliennes détruisent des habitats naturels.

Partiellement Vrai

Les parcs éoliens terrestres sont souvent situés sur des terres agricoles ou des terres déjà développées, minimisant ainsi leur impact sur les habitats naturels.

Quant aux éoliennes en mer, fixées sur des dalles d’acier et raccordées par un système de câbles enroché dans un matelas de béton (lui-même situé sous la surface de l’eau), elles nécessitent effectivement une forme d’artificialisation qui détruit l’habitat de certaines espèces. 



En comparaison, lorsqu’un gisement de pétrole est découvert, le forage en mer débute, ainsi que la pollution qui en résulte. Au-delà d'un risque accru de marée noire, les plateformes rejettent des boues fluides qui contiennent de l’arsenic, du mercure et d’autres matières radioactives.5 

Une fois le forage terminé, l’impact sur le milieu marin continue : la fin de vie de certaines plateformes n’ayant pas été planifiée, des structures métalliques et des bases en béton contenant de l’eau contaminée sont abandonnées en pleine mer 6.

Même si la politique du "moins pire" peut sembler désuète face à l'urgence écologique, force est de constater que certaines énergies ont un impact bien moindre pour l'environnement. Toutes les énergies ont une influence suceptible de perturber l'équilibre naturelle des espèces endémiques. L'important aujourd'hui étant de se tourner vers celles permettant de réduire au maximum les externalités négatives.


Idée reçue 4 : Les éoliennes ont un impact visuel négatif sur le paysage

La beauté c'est relatif

Personnellement, chez Lumo, on préfère ça :

 

Plutôt que ça :


Idée reçue 5 : L'énergie éolienne est intermittente et peu fiable.

Plutôt faux (elle est certes intermittente, mais tout à fait fiable)

Tout comme l'énergie solaire, l'énergie éolienne est sujette à des variations car sa production dépend des conditions météorologiques. Selon l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME), les éoliennes fonctionnent actuellement entre 75 % et 95 % du temps1.

De plus, les nouveaux modèles d'éoliennes continuent d'améliorer leur capacité de production grâce aux prévisions de vent fournies par Météo France. Parallèlement, des solutions de stockage d'énergie sont en développement afin de stocker l'excédent lorsque les vents sont forts et constants.

En effet, pendant son fonctionnement, une éolienne tourne à des vitesses variables en fonction de l'intensité du vent. Sur une année, sa production d'électricité équivaut à ce qu'elle aurait produit en tournant à pleine capacité pendant environ 20 à 25 % du temps (jusqu'à 40% pour l'éolien en mer).

Ce paramètre est ce que l'on appelle le facteur de charge. Il ne doit pas être confondu avec la durée moyenne de fonctionnement annuelle d'une éolienne, qui varie de 75 à 95 %. Cette durée dépend grandement de la topographie du site d'implantation des éoliennes, qu'il s'agisse de zones boisées, de zones urbaines, de campagnes, de prairies plates, de zones lacustres, de zones maritimes, de crêtes ou de collines.

Idée reçue 6 : Les éoliennes sont très coûteuses

Faux

Le prix moyen pondéré en fonction de la capacité des projets retenus lors du dernier appel d'offres en novembre 2020 s'établit à 59,5 €/MWh, montrant une tendance à la baisse par rapport aux périodes précédentes.

Le tarif de revente de l'électricité produite par l'énergie éolienne est sensiblement inférieur à celui du marché, à 64 €/MWh (au 5 juillet 2021). Ainsi, à cette date, il n'y a pas de surcoût pour l'État en ce qui concerne l'énergie éolienne, car le tarif du marché est supérieur à la moyenne des tarifs de la dernière période d'appels d'offres.

En outre, les parcs éoliens ont un impact positif sur l'économie locale, notamment par le biais de la valorisation des terrains, de l'infrastructure routière publique et de la fiscalité. Un parc éolien terrestre génère ainsi des revenus de 10 000 € à 12 000 € par an et par mégawatt installé pour les collectivités territoriales 7.

Idée reçue 7 : Les éoliennes ont un impact négatif sur la santé humaine en raison des infrasons.

Faux

Les infrasons ont une fréquence de moins de 20 Hz. Or, comme évoqué ci-dessus, les éoliennes émettent des fréquences mesurées allant de 20 Hz à 100 Hz. 


Idée reçue 8 : L'énergie éolienne ne peut pas répondre à la demande énergétique mondiale

Partiellement vrai

Mais aucune énergie à elle seule ne le pourrait. L'énergie éolienne peut toutefois contribuer de manière significative à la production d'électricité, en particulier dans les régions venteuses. 

En 2022, les énergies éoliennes et solaires ont tiré leur épingle du jeu, en atteignant un record de 12% de l'électricité mondiale. Si toute l’électricité d’origine éolienne et solaire avait été d'origine fossile, les émissions de CO2e du secteur de l’électricité auraient été de +20 % sur la même année 8.

D'après l'ADEME, en 2050, l’énergie éolienne (terrestre et en mer) pourrait devenir la première source d’électricité en France et ainsi atteindre plus de 80% de la production d’électricité renouvelable.



Idée reçue 9 : Les éoliennes ne se recyclent pas et le béton utilisé pour les fondations restent dans nos sols.


Faux


Lorsqu’une éolienne est démantelée, le béton est broyé puis trié. Ce matériau recyclé peut ensuite être réutilisé comme granulats pour d’autres mélanges de béton, y compris celui utilisé pour la construction d’autres éoliennes. 
 

L'arrêté pris le 22 juin 2020 et publié au journal officiel le 30 juin introduit l'obligation de démanteler la totalité des fondations (sauf dans le cas où le bilan environnemental est considéré comme défavorable.


Consultez notre article sur le sujet : Filières de recyclage des énergies renouvelables (2/2) : comment gérer les déchets et assurer le recyclage des éoliennes ?

Le pourcentage de béton recyclé pouvant être réutilisé dépend de plusieurs facteurs, notamment de la qualité du béton recyclé, de sa composition, des normes et des réglementations locales, ainsi que des exigences spécifiques du projet.

En règle générale, le béton recyclé peut être utilisé en remplacement partiel des granulats naturels dans les mélanges de béton, avec des taux de substitution variant généralement entre 20 et 60%.9

Si la majorité du volume des éoliennes est recyclable (90% en moyenne), certains de leurs matériaux posent encore des défis environnementaux. Les pales sont particulièrement difficiles à recycler en raison des matériaux composites qu’elles contiennent.  




Il est vrai que les matériaux tels que l'acier et le béton, bien que recyclables, sont parmi les plus pollulants du monde, représentant chacun 7% des émissions mondiales de CO2e. Toutefois, l'empreinte carbone d'une éolienne reste bien inférieure à celle des énergies fossiles.

L’ADEME estime que l’éolien terrestre émet en moyenne 12,7 g de CO2 par kWh et l’éolien maritime 14,8 g de CO2 par kWh. En comparaison, le gaz fossile émet 490 g de CO2 par kWh et le charbon 820 g de CO2 par kWh.



Idée reçue 10 :
Je ne peux pas aider à développer la filière des éoliennes grâce à mon épargne

Faux

Le financement participatif peut aider à l'innovation dans le secteur éolien et ainsi améliorer ses performances tout en réduisant les risques, déjà limités, pour l'environnement. En permettant à un large public de financer des projets, il favorise l'émergence de nouvelles idées et technologies. Les petites entreprises innovantes trouvent ainsi plus facilement des fonds pour développer des solutions plus efficaces et moins coûteuses.


Soutenir l'énergie du vent avec Lumo


Plutôt que de dépendre uniquement de grandes institutions financières ou de sociétés énergétiques, les projets éoliens peuvent mobiliser un grand nombre de petits investisseurs, ce qui favorise la démocratisation de l'investissement dans les énergies renouvelables. Cela permet à un plus grand nombre de citoyens de devenir acteurs du changement en participant à la transition énergétique.


Sources :

(1) https://librairie.ademe.fr/energies-renouvelables-reseaux-et-stockage/4987-defi-eolien-en-10-questions-le-9791029718670.html
(2) https://www.lpo.fr/la-lpo-en-actions/developpement-durable/energie/eolien/impact-sur-la-biodiversite
(3) https://ca2e.com/les-eoliennes-tuent-les-oiseaux/
(4) https://phys.org/news/2017-06-farms-bird-slayers-theyre-behere.html
(5) https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?uri=COM:2019:0358:FIN
(6) https://usbeketrica.com/fr/article/pour-en-finir-avec-les-forages-petroliers-et-gaziers-en-mer
(7) https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-04/20180418-rapport-soutien-energies-renouvelables.pdf
(8) https://www.presse-citron.net/quelle-part-pour-le-solaire-et-leolien-sur-lelectricite-un-record-mondial-en-2022/
(9) https://www.lumo-france.com/blog/2023/06/13/filieres-de-recyclage-des-energies-renouvelables-2-2-comment-gerer-les-dechets-et-assurer-le-recyclage-des-equipements-eoliens

Diversifiez votre patrimoine et devenez acteur de la transition énergétique

  • Des offres exclusives
  • Sans frais pour les investisseurs
  • Accessible à partir de 50 €