Rencontre avec un épargnant Lumo #1 : Laurent Lestarquit

  • Rencontre avec un épargnant Lumo #1 : Laurent Lestarquit

Laurent Lestarquit est ingénieur en navigation par satellite au CNES à Toulouse depuis plus de 20 ans. Il a notamment participé à la définition du signal du système par satellite Galiléo (notre futur GPS européen) qui sera actif en 2016. Ne ratez pas le lancement de ''4 satellites d'un coup'' en octobre 2016 à bord d'une Ariane-5 customisée ! Bref, c’est un peu grâce à lui que vous ne vous perdrez plus jamais… mais sa mission ne s’arrête pas là.

Laurent, en quoi votre travail fait avancer l’étude de l’évolution du climat ?

“Les équipes du CNES et moi-même mettons notre expertise en navigation par satellite au profit d’applications scientifiques. Et ces dernières sont nombreuses. L’idée est de concevoir des instruments utilisant la technologie de navigation par satellite pour recueillir des données ultra précises sur : la montée des océans, la structure des courants tels que le Gulf Stream, l’abaissement des terres (et oui, les sols bougent et s’affaissent par endroit , accentuant la montée des eaux), mais aussi la densité de biomasse dans les forêts les plus reculées, véritables poumons de notre planète...

Aujourd’hui, nous pouvons connaître la hauteur d’un lac au cm près, grâce au GNSS (Navigation Globale par Signal Satellite) et aux appareils de type réflexomètre posés sur sa surface. Le travail de nos équipes se concentre sur l’élaboration d’un nouveau type de satellite dédié à ce type de mesures. Un genre de “monitoring de notre planète Terre”. Ces futures mesures permettront de connaître précisément les évolutions climatiques, sismologiques et géodésiques (déformations de surface) de notre planète. “

A terme et après validation des instruments, ces données seront disponibles en open data , accessibles à tous les labos d’études, chercheurs et gouvernements du monde entier. Quand on participe au recueil de ce types de données, on ne peut être que conscient des changements climatiques notamment. Mais que fait Laurent à sa petite échelle...

Que faites-vous au quotidien pour réduire votre propre impact sur l’environnement ?

“Avec ma famille, nous avons eu la chance de pouvoir nous installer à proximité de nos lieux de travail respectifs. J’utilise, toute l’année, mon vélo quotidiennement et emmène mes enfants à l’école et à la crèche en biporteur. C’est un petit geste, mais utiliser sa voiture pour faire simplement 4 kilomètres n’a, selon moi, pas de sens. Les collectivités territoriales doivent inciter le plus grand nombre à se déplacer autrement en créant le réseau et les infrastructures qui le permettent. Je suis aussi intéressé par les solutions d’économie d’énergie. En France, le chantier de la rénovation énergétique des bâtiments est grand mais aussi riche de futurs emplois non délocalisables. Il faudrait simplement une volonté politique plus forte.”

Pourquoi épargner avec Lumo ?

“ Epargner avec Lumo, c’est d’abord choisir en toute transparence l’objet réel de son épargne. Contrairement à des produits d’épargne classiques, sur le site Lumo, je choisis un projet précis et je suis sûr que mon argent participe au développement de ce projet et à rien d’autre. Nous sommes ravis de voir que le site de financement participatif propose, depuis peu, des énergies autres que le solaire. L’hydraulique, le solaire et l’éolien, je suis convaincu que l’avenir est à un mix de ces énergies renouvelables sur les territoires. Epargner dans les énergies renouvelables a du sens pour nous. Avec mon épouse, nous ne sommes pas des consommateurs frénétiques. Nous avions donc quelques économies de côté. Nous avons fait le choix d’épargner l’équivalent de nos consommations d’énergie sur une année. C'est une bonne manière pour nous de “compenser” cette consommation.”

Il n'y a aucun commentaire sur cet article.
Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires