• 2

Une électricité 100 % renouvelable en France en 2050 !

  • Une électricité 100 % renouvelable en France en 2050 !

Alors que l’Assemblée nationale et le Sénat se disputent pour maintenir (ou non) une date butoir à l’objectif de ramener la part du nucléaire à 50 % dans la production d’électricité en France, la sortie du rapport de l’ADEME intitulé « Vers un mix électrique 100 % renouvelable en 2050 » donne un grand coup de pied dans la fourmilière.

La sortie du rapport avait été annoncée en grandes pompes pour le 14 avril par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie puis repoussée sans donner de nouvelle échéance. Cette annulation avait alors fait l’objet d’interrogations et de nombreux commentaires de la part des médias et des spécialistes : le rapport dérangerait-il ? Et qui ? S’étant procuré le texte, Mediapart dévoilait l’intégralité de son contenu le 8 avril dernier. L’ADEME se résignait alors à publier très discrètement les résultats de ses recherches…

Fruit de 14 mois de labeur, l’étude avait pour objectif de valider ou non la crédibilité d’une production d’électricité entièrement renouvelable en France en 2050 : décryptage avec Lumo.

1- Le potentiel de production d’électricité verte en France est énorme

L’étude montre que les ressources naturelles françaises pourraient nous permettre de produire chaque année 1268 térawatts-heure (TWh) d’électricité propre soit 2,7 fois plus que la consommation électrique des Français en 2014.

2- Produire de l’électricité 100 % renouvelable en 2050 c’est possiblE

Le rapport démontre de façon logique et réaliste que l’on pourrait se passer complétement (et ce dès 2050) du nucléaire et de la combustion des énergies fossiles (gaz, charbon, fioul etc). Comme on peut le voir ci-dessous, ces filières représentent actuellement à elles seules 82,5 % de l’électricité produite en France.

Comparons ce mix 2014 au mix proposé par l’ADEME pour 2050…

Ce mix électrique de référence proposé par l’ADEME exploite plus particulièrement l’éolien et le solaire, deux filières très complémentaires et dont les technologies, très compétitives, sont déjà bien éprouvées. Le thermique renouvelable encore peu développé aujourd’hui prend une part significative dans ce mix électrique (7 %).

3 - Une électricité 100 % renouvelable dont le coût avoisine celui d’une électricité à 55 % nucléairE

L’ADEME a étudié les coûts de production d’électricité intégrant un volume de sources renouvelables plus ou moins grand. Les résultats issus des calculs révèlent que produire une électricité 100 % renouvelable aurait quasiment le même coût que produire une électricité à 40 % renouvelable complétée avec environ 55 % de nucléaire et 5 % de combustibles fossiles. Une France 100 % renouvelable engendrerait chaque année 50,4 milliards d'euros de dépenses contre 49,6 milliards pour de l'électricité à 40 % renouvelable. Côté consommateur le passage au tout renouvelable se traduirait par un petit surcoût de 0,002 € par kilowatt-heure (kWh) comparé au scénario intégrant une majorité de nucléaire.

Peut importe la quantité de sources renouvelables intégrée au mix électrique la facture énergétique des Français est anemée à augmenter : de 25 à 31 % par kWh en fonction des solutions.

Le mix constitué à 80 % de sources renouvelables se révèle être la solution pour laquelle la répercussion sur la facture d’électricité des Français est la moins importante (hausse de 24 % par rapport à 2014).

Le rapport infirme donc un vieil adage. Non, maintenir une part conséquente de nucléaire dans le mix électrique français n’est pas l’option la moins coûteuse !

4 - Réduire notre consommation d’énergie s’avère essentieL

Le scénario de référence proposé par l’ADEME est basé sur une consommation annuelle d’électricité de 422 TWh soit une baisse de 9,3 % par rapport à 2014 (465,3 TWh consommés, chiffre issu du « Bilan électrique 2014 » de RTE). Les chercheurs ont également calculé le coût généré par une stabilisation, voire une légère hausse, de la consommation : 510 TWh consommés soit environ la consommation de 2010.

La comparaison est sans appel : si nous ne réduisons pas notre consommation, le passage au tout renouvelable pourrait couter chaque année 63,6 milliards d’euros soit 26,2 % de plus que si nous consommions de façon responsable !

En effet, pour répondre à ces besoins plus importants, il faudrait augmenter de 30 % la capacité de production, de 80 % les capacités de stockage de l’électricité et de 22 % le réseau interrégional entrainant alors une hausse du kilowatt heure de 37,4 % par rapport à 2015.

5 - L’acceptation est un enjeu majeur pour la transformation de notre modèle électriquE

Comme nous l’évoquions précédemment, le scénario de référence de l’ADEME repose sur une utilisation importante des ressources solaire et éolienne. Il implique par exemple l’implantation de 46 000 nouvelles éoliennes terrestres et 5 000 éoliennes en mer et de nombreuses centrales solaires au sol. Ces installations recevront-elles un bon accueil de la part des citoyens ? Voilà toute la question.

L’ADEME, qui a poussé ses recherches, a établi un scénario bis 100 % renouvelable en cas de non adhésion des citoyens au scénario de référence. Elle propose de limiter le développement des filières du solaire au sol et de l’éolien terrestre et d’intégrer dans le mix électrique l’énergie houlomotrice (électricité générée par les vagues) et l’éolien flottant.

Ces filières, plus chères à l’exploitation, entraineraient alors une hausse de 6 % du coût annuel de l’énergie électrique et une hausse de 6,7 % du kilowatt-heure facturé au consommateur (comparé au scénario de référence).

L’adhésion ou non de la population aiguillera immanquablement l’avenir énergétique de la France. Nous pensons qu’associer les citoyens au financement des énergies renouvelables et partager avec eux les richesses générées par l’exploitation de ces ressources naturelles peut favoriser un accueil propice à la réalisation des projets. Et vous, imaginez-vous d’autres solutions pour créer l’adhésion autour des projets d’énergie verte ?

Rapport complet « Vers un mix électrique 100 % renouvelable en 2050 », ADEME

« En France, 100 % d'électricité renouvelable n'est pas plus coûteux que le nucléaire », article du Monde

« Une France 100% renouvelable : comment et à quel prix ? », article de Terraeco

« Bilan électrique 2014 », RTE utilisé comme source pour les chiffres de la consommation et de la production électrique en France

2commentaires

  • JB 28 août 2015 16:09

    Un très bon article qui donne de l'espoir, 2050 c'est pas si loin, et ça changerait beaucoup de choses ! Merci.
  • flavie 28 août 2015 16:09

    Merci très bon article-résumé !
Ajouter un commentaire

* champs obligatoires